Maxime Gillio - Un été pas si pourri

Dans une vie antérieure, j’ai été, pendant un temps trop bref, directeur de collection (Polars en Nord chez Ravet-Anceau). De toutes mes expériences dans le milieu de l’édition, je crois que c’est la fonction qui m’a fait le plus triper.
Grâce à Sébastien Mousse, je renoue avec cette amour éphémère, puisque j’ai désormais en charge la collection Parabellum de l’Atelier Mosésu.
On me redonne l’opportunité de découvrir des manuscrits, de travailler avec des auteurs plus ou moins connus, de fonctionner au coup de cœur.

Notre première publication est signée Nicolas Duplessier, et s’appelle Été pourri à Melun-Plage. C’est un premier roman, avec ce que cela suppose de fougue et d’enthousiasme, à l’écriture fluide, aux dialogues percutants, qui sent bon la lose de son anti-héros.

Nicolas Duplessier est mon premier poulain, et je crois beaucoup en lui. Si vous avez l’habitude de me suivre dans mes avis de lecture, faites confiance à ce jeune auteur, qui mérite largement le détour.

Pour les habitués de Templemars, Nicolas effectuera son baptême du feu le 24 septembre au salon du polar.
Pour les autres, vous pouvez bien sûr commander le livre sur le site de l’éditeur, ou faire confiance à votre libraire pour qu’il s’en occupe.

ete-pourri-melun-plage

Florian traîne son mal de vivre dans les rues de Melun, entre un boulot minable et une vie sentimentale sans joie.
De morose, son existence devient vraiment pourrie le jour où Roxane, l’ex-grand amour de sa vie, est portée disparue.
Très vite dans la ligne de mire des policiers, Florian doit mener sa propre enquête et se confronter à ses fantômes, découvrant une histoire qui le dépasse et la tonne d’emmerdes qui l’accompagne.

Été pourri à Melun-Plage est un roman noir et cinglant qui raconte la descente aux enfers d’un loser pas du tout magnifique.