Maxime Gillio - Meilleurs vœux et tout le tremblement

Mes bien chers vous,

Avant toute chose, j’aimerais remercier les premiers inscrits à ma newsletter. Dès la mise en ligne du formulaire d’inscription, vous avez été plusieurs dizaines à vous abonner, et chaque jour compte son lot de nouveaux suiveurs. J’en suis très ému. Et ne déconnez pas, c’est en partant cinq cents que, par un prompt renfort… Enfin, vous connaissez la suite.

Quoi qu’il en soit, cela m’obligera à être plus assidu sur cet eXquis site, tant pis pour vous !

2013 s’achève donc. Je vous souhaite tout ce que vous voulez pour la prochaine. Comme le disait mon regretté Jean-Paul Bouquin, je vous souhaite une année. N’en demandez pas trop, essayez déjà de passer celle-ci…

N’étant pas du genre à prendre des résolutions irréalisables, je me contenterai donc d’un petit point publications : perspectives et chantiers pour 2014.

À nouvelle année, année à nouvelles : pas moins de cinq petits textes signés de votre serviteur ou de sa fieffée Virginia Valmain devraient être publiés ici ou là. Quatre complètement inédits, et une republication qui me tient particulièrement à cœur. Tellement que j’y consacrerai bientôt un article complet.

Au rayon jeunesse, l’expérience avec WonderJane est un tel bonheur que nous avons décidé de travailler sur un nouveau projet. Là aussi, vous risquez d’être étonnés par le thème et le traitement choisis. Mais il faut croire que l’année prochaine, je tombe le masque.

En parlant de masque (la vache, comment je vous chiade les transitions, dites-moi !), grand écart avec un roman prévu courant mai. Il s’agit d’une nouvelle série à sortir chez ce guedin de L’Atelier Mosésu. Avec un personnage très à la mode ces derniers temps, mais jamais traité de la sorte. Comme ce gentleman raconte ses aventures à la première personne, la série portera son nom (dans les banlieues, on appelle ça une série éponyme) et je n’apparaîtrai donc pas au générique. Mais je ne peux rien vous cacher à vous, bande de foufous. Âmes sensibles s’abstenir ! Allez, comme je ne suis pas chien, un petit indice :

Enfin, pour conclure cette newsletter (mais pas le planning), n’oublions pas que, comme une brêle, j’ai laissé échapper ici ou là que je travaillais également sur un projet de roman très ambitieux et ardu. Et comme il se trouve que j’ai reçu quelques coups de pied salvateurs concernant ce dossier, je n’ai d’autre choix que de m’y remettre.

Bon, vous l’aurez compris, on va tâcher de ne pas chômer. Surtout que je ne vous ai pas parlé de quelques bonbons et douceurs en cours de route, comme ça, juste pour le fun !

Allez, la bise et à l’année prochaine !